Langue: Français
Zermatt. No matter what
 

*News / Manifestations

Vous êtes ici: _ Home _ News / Manifestations _ News

Néerlandais et Zermattois fêtent l’anniversaire du bivouac de l‘Arben

Le 20 juillet 2012, le bivouac de l’Arben fêtera ses 35 ans d’existence. C’est en effet en 1977 que l‘Association royale néerlandaise d’escalade et de sports de montagne (KNAV) a fait don au Club Alpin Suisse (CAS) d’un refuge qui fait la fierté de Zermatt – le bivouac de l‘Arben. Construit à 3224 m d’altitude, il donne accès aux plus beaux sites d’escalade du Valais, à l‘Obergabelhorn, à la Wellenkuppe, au Zinalrothorn. Cette année, un concert célèbrera l’existence du bivouac de l‘Arben.

Du gneiss dur et un panorama fantastique sur la face nord du Cervin : haute de 700 m, la paroi sud de l’Obergabelhorn et l’arète de l’Arbengrat sont réputés pour être des courses dont rêvent tous les alpinistes. Le fait que ce soient justement des Néerlandais qui aient ouvert l’accès à cette région s’explique par la passion que la montagne leur inspire depuis longtemps.

Lors de la création de la Nederlandse Alpenvereniging (NAV) en 1902, les alpinistes néerlandais de formation académique venaient surtout s’entraîner en Suisse. Pendant longtemps, ils ont eu une prédilection pour les longues traversées. Dans les années 30, le Dr. Abraham Verslys, surnommé « le Hollandais volant », a gravi plus de vingt fois l’arête de Zmutt, sur le Cervin. Le refuge Britannia, l’Allalinhorn, l’Alphubel, le Täschhorn, le Dom, la Lenzspitze, le refuge des Mischabel, tout cela en une journée. Le temps manquait pour s’assurer correctement mais les Néerlandais y voyaient une preuve de témérité.

Politique de construction de refuges
Au niveau institutionnel, les efforts pour acquérir le droit d’hospitalité se sont traduits, à partir de 1933, par des investissements généreux en faveur des refuges suisses. Ainsi, la NAV est la toute première association d’alpinisme à qui le CAS a accordé le droit d’hospitalité dans ses refuges. A la fin des années 70, les Néerlandais ont voulu célébrer les 75 ans d’existence de la KNAV – entretemps, l’association d’alpinisme s’était vue accorder la mention « royale » (K pour koninklijk) - par un signal fort. Ils se sont donc adressé au Comité central du CAS et ont offert 75'000 CHF pour la construction d’un refuge. A l’époque, le siège central à Berne encourageait les efforts de la section CAS de Zermatt, qui venait de se détacher de la section CAS de Monte Rosa. Le Comité central a donc décidé de donner à cette jeune section l’opportunité de construire en autonome son premier hébergement de montagne.

La section CAS de Zermatt et son premier projet de refuge
La construction du bivouac a été confiée à l’architecte August Boyer, responsable de la construction de tous les refuges CAS en Suisse. Avec l’aide de Jean-Pierre Perreten, qui sera chef de cabane au bivouac de l’Arben de 1977 à 1992, et en contact permanent avec les Néerlandais, Willy Hofstetter, président du CAS de Zermatt, a donc retroussé ses manches. La commune bourgeoise a mis gratuitement le terrain à disposition et l’architecte August Boyer a renoncé à ses honoraires. 30 bénévoles des Pays-Bas ont campé pendant une période de trois semaines sur l’Arbengandegge et ont aménagé le « l’abri des Hollandais ». Les Néerlandais, les Zermattois et les artisans ont fourni des efforts physiques intenses. Suite à une phase de mauvais temps, les maçons ont dû effectuer 1000 heures de travail supplémentaires qui n’avaient pas été prévues dans le budget. Hofstetter s’est résigné à écrire une lettre au KNAV pour l’informer que : « Le montant total des frais dépasse d’environ 30'000 CHF la somme initialement prévue dans le budget. » Heureusement, les Néerlandais ont répondu : « Quand la Hollande fait un cadeau, elle ne le fait pas à moitié. »

Ascension de l’arète de l’Arbengrat. (Photo : Ralf Gantzhorn)

Le bivouac de l’Arben aujourd’hui. (Photo : Ralf Gantzhorn)
Les Néerlandais partent à l’ascension des montagnes de Zermatt
Ce fut, en juillet 1977, une semaine de réjouissances mémorable : Plus de 300 alpinistes néerlandais investissent Zermatt, parmi lesquels le Baron Collot d'Escury et son escorte ; le baron, ambassadeur à Berne, est né à comme beaucoup d’autres un mètre en-dessous du niveau de la mer. Les ascensions du Riffelhorn se succèdent les unes aux autres. Le 7 juillet 1977, 150 Hollandais se retrouvent simultanément à plus de 4000m d’altitude pour gravir le Breithorn et l’Alphubel tandis qu’un petit groupe s’attaque au Nordend. Une douzaine de représentants média des Pays-Bas sont héliportés depuis Schwarzsee pour l’inauguration officielle du bivouac de l’Arben. L’ambassadeur abaisse le drapeau néerlandais puis Otto Meyer, l’ancien président central du CAS, hisse le drapeau suisse. Les discours sont retransmis par radio sur la place des fêtes érigée au milieu de l’alpage, en-dessous de l’Arbengandegge. Le CAS, représenté par de nombreux délégués de toutes les sections, remet à l‘Association royale néerlandaise d’escalade et de sports de montagne le tableau « Obergabelhorn » réalisé spécialement pour l’occasion par l’artiste-peintre bernois Edmund Wunderlich. C’est ainsi que le bivouac de l’Arben est placé sous la bonne étoile d’une amitié entre habitants du littoral et montagnards.

Un paysage transformé
De nos jours, l’accès au bivouac de l’Arben en été ne passe plus sur les glaces du glacier de l’Arben, car ce dernier a reculé. Dans la partie supérieure, des chaînes ont été accrochées. Pour autant, cette excursion n’est pas accessible aux randonneurs mais uniquement aux alpinistes chevronnés.

Fête d’anniversaire avec concert le 20 juillet 2012
Le vendredi 20 juillet 2012, le CAS de la section de Zermat et le NKBV célèbreront les 35 ans d’existence du bivouac de l’Arben avec un concert de l’ensemble néeerlandais Frommermann donné au Grand Hotel Zermatterhof.

Zermatt Tourismus | Tel +41 27 966 81 00 | info@zermatt.ch