Langue: Français
Zermatt. No matter what
 
Vous êtes ici: _ Home _ Contact _ Presscorner _ zermatt_geschichten

Grands projets au Cervin

La Bourgeoisie de Zermatt projette d’investir plusieurs millions de francs dans le renouvellement et l’agrandissement des cabanes de montagnes existantes. La réouverture du gîte modernisé est prévue pour 2015 à l’occasion des 150 ans de la première ascension du Cervin. La cabane du Hörnli proposera 120 lits ainsi qu‘un lieu de restauration, tous deux adaptés aux attentes plus élevées des hôtes et conformes aux standards techniques actuels. 

Situé à 3‘260 m au pied du Cervin, l’actuel lieu d’hébergement comporte deux bâtiments. Le refuge «Berghaus Matterhorn» („Belvédère“) date du tournant du siècle et appartient à la Bourgeoisie de Zermatt; la cabane du Hörnli (Hörnlihütte) fut érigée en 1965 par la section du Mont Rose du CAS sur une parcelle constructible appartenant à la Bourgeoisie. Les deux bâtiments ne sont pas reliés et nécessitent de toute urgence un assainissement. Jusqu’en 2015, les deux bâtisses devraient former une unité conforme aux exigences actuelles en matière de gastronomie, de fonctionnalité, d’énergie, d’installations sanitaires, d’approvisionnement en eau et de gestion des eaux usées. La rareté de l’eau au pied de l’arête du Hörnli représente un défi particulier. Selon les plans, le problème de l’eau devrait être résolu de la même façon que dans la nouvelle cabane du Mont Rose. La neige fondue en hiver serait conservée dans un réservoir placé sous l’actuelle cabane du CAS. 

Les défis de l‘exploitation 
Chaque année, 3500 hôtes en moyenne passent une nuit au pied du Cervin. 400 logent dans la cabane du Hörnli et 3100 dans le refuge «Berghaus Matterhorn». Les dortoirs étroits qui peuvent héberger jusqu’à 25 personnes et les installations sanitaires simples ne répondent plus aux exigences actuelles. En été, jusqu’à 140 alpinistes se mettent en route le même matin pour entreprendre l’ascension du Cervin. De plus, le refuge «Berghaus Matterhorn» est très apprécié par les hôtes journaliers qui contribuent de manière considérable à son succès. Ce qui mène régulièrement la modeste infrastructure et les collaborateurs de Kurt Lauber, le gardien du refuge, aux frontières du possible. Fernando Clemenz, directeur des remontées mécaniques du Matterhorn Group l’exprime ainsi: „Les responsables de la Bourgeoisie et du Matterhorn Group souhaitent vraiment offrir aux visiteurs de cet endroit particulier une infrastructure et des services conformes à leurs besoins, même si la rentabilité n’est pas au premier plan puisque la période d’ouverture de l’exploitation est réduite». 

Nouvelle construction ou rénovation: plusieurs variantes sont examinées 
La situation de départ n’est pas toute simple et représente aussi quelque chose d’inhabituel pour le Matterhorn Group: la modernisation d’un ensemble de bâtiments importants en haute montagne nécessite du temps. C’est pour cela qu’au sein du Matterhorn Group, on s’occupe de planification depuis plusieurs mois déjà, même si les procédures décisionnelles sont encore en cours. La Bourgeoisie a mandaté l’architecte zermattois Hans Zurniwen pour réaliser un avant projet ayant pour objet la transformation et l’agrandissement des deux cabanes du Cervin. L’avant projet passe en revue et analyse plusieurs variantes. La variante favorite propose d’assainir le refuge « Berghaus Matterhorn » et de remplacer la cabane du Hörnli par une annexe moderne. Une autre possibilité consisterait à reconstruire entièrement le refuge « Berghaus Matterhorn » ou de l’élargir dans sa partie ouest. La technique du bâtiment et la gestion des déchets sont deux domaines auxquels la modernisation accorde beaucoup d’attention. L’eau chaude sera obtenue grâce à des capteurs solaires thermiques. Un chauffage actif n’est pas prévu. La majeure partie des besoins en chauffage sera couverte par l’ensoleillement passif. Un réservoir d’eau de fonte servira à l’approvisionnement en eau. Il devra être suffisamment grand pour assurer l’approvisionnement en eau jusqu’en septembre. Le traitement des eaux usées se fera d’après le système de séparation des déchets solides et liquides avec transport et élimination selon les standards ARA. Les eaux traitées serviront en outre à actionner une petite centrale hydro-électrique. La cuisine et les salles de séjours seront pourvues d’un système d’aération et l’approvisionnement électrique sera assuré par une installation photovoltaïque située sur la façade sud. Selon les premières estimations, les frais généraux pour la transformation et l’agrandissement des deux refuges nécessiteront des investissements d’env. 7 millions de francs.
La Bourgeoisie de Zermatt veut acheter la cabane du Hörnli 
Pour des raisons liées à la rentabilité et à la gestion d’entreprise, les commissions respectives de la Bourgeoisie de Zermatt et de la section CAS du Mont Rose sont d’accord sur le fait de confier à l’avenir la responsabilité de l’entreprise située au départ du Cervin à une seule entité. La Bourgeoisie est ainsi décidée à reprendre entièrement le projet de construction et à racheter la cabane du Hörnli au CAS. Dès que l’on aura opté pour l’un des projets de transformation et d’agrandissement, les travaux préliminaires pourront débuter en 2012. 2013 et 2014 seraient consacrés à la réalisation d’une nouvelle annexe, en 2015 auraient lieu les travaux de finition. Pendant la phase de transformation, l’exploitation normale du refuge devra être garantie. Car une fermeture de la cabane du Hörnli équivaudrait à une fermeture du Cervin. Les associations environnementales participent également à la phase importante de la planification aux côtés du CAS et échangent régulièrement leurs avis. Toutes les parties concernées sont décidées à recevoir les hôtes dans un bâtiment moderne à l’occasion du jubilé des 150 ans de la première ascension du Cervin en 2015. 

Sensations fortes dans la plus célèbre des cabanes du CAS 
„You never walk alone“ écrit une randonneuse et blogueuse anglaise sur Internet. Celui qui se rend de Schwarzsee à la cabane du Hörnli n’est, en effet, jamais seul. Car les alpinistes ne sont pas les seuls à y aller ; le nombre de randonneurs en route vers le même but est en constante progression. Munis de jumelles, certains ressemblent à des supporters. Installés sur la terrasse de la cabane du Hörnli, ils sont aux premières loges pour observer chaque pas ou faux pas effectué par les gladiateurs du Cervin et pour commenter les événements. 

Les visiteurs de la cabane du Hörnli, ceux qui font une excursion d’un jour, le savent bien: un séjour sur la terrasse équivaut à lire un roman policier en temps réel, jouir d’un panorama alpin et peut-être même visionner un documentaire sur un sauvetage dramatique. Si des grimpeurs mal préparés sont en route, les spectateurs peuvent également devenir témoins du jeu de roulette russe alpin auquel se livrent les aspirants au sommet. Voir des grimpeurs qui se lancent à l’assaut de la paroi mal équipés et sans préparation adéquate et qui dégringolent la face est comme des poupées en tissu. Dans le pire des cas, les malheureux feront partie des 10% de victimes qui disparaissent à tout jamais dans le glacier. 

Mais là-haut se trouvent aussi de nombreux alpinistes sérieux, les conquérants du sommet, qui par leur présence depuis 1865 justifient la gloire mondiale du Cervin et continuent à l’entretenir. Sans oublier leurs guides de montagnes charismatiques qui, en toute sécurité, mènent leurs hôtes en haut puis en bas du magique „Hore“ (la corne). Chaque été, ils se rendent en pèlerinage à la cabane du Hörnli et sont près à accepter les désagréments d’une nuit tendue ou même blanche dans un dortoir où 25 personnes se retrouvent parfois à dormir ensemble. Lorsque l’eau se fait rare, ils renoncent à se brosser les dents. En été, lorsque les journées sont ensoleillées, il y a tant d’alpinistes au Cervin que l’on finit par se rudoyer, faire du surplace et provoquer involontairement des éboulements tant la voie normale est encombrée. Au cours de ses 150 ans d’histoire d’alpinisme, la montagne a déjà fait plus de 500 victimes. En 1865 déjà, l’année de la première ascension, il y eut quatre morts: après que l’Anglais Edward Whimper eut atteint le premier le sommet avec sa cordée de 7 personnes, il était encore le vainqueur. Cependant, quatre personnes perdirent la vie lors de la descente, et Whimper se vit confronté à des procès. 

Mais le Cervin est magique. Il est la montagne la plus photographiée au monde. Beaucoup d’alpinistes n’arrivent pas à s’en détacher avant d’avoir eux-aussi accompli son ascension. 

Des informations sur la première ascension et la corde rompue de la cordée de Whimper sont disponibles au musée du Cervin.

Zermatt Tourismus | Tel +41 27 966 81 00 | info@zermatt.ch