Patrouille des Glaciers: le défenseur du titre et Zermattois Martin Anthamatten est prêt

Un nombre record de 5ˊ400 coureuses et de coureurs prendra part cette année à la Patrouille des Glaciers (PDG). La course se déroulera du 29 avril au 3 mai 2014. Le Zermattois Martin Anthamatten défendra son titre avec son équipe. Comment s’est-il préparé? Comment se sent-il?

La course par équipes la plus difficile au monde, la course-culte pour les athlètes de courses de ski alpinisme, mène sur une distance de 53 km avec 4’000 mètres de dénivelé et 110 kilomètres-efforts. Le départ s’effectue en patrouilles. La course débute à Zermatt et conduit jusqu’à Verbier en passant par Arolla. La cordée de trois de Martin Anthamatten avait remporté en 5 h 52 la course de ski alpinisme en 2010. Cette compétition se déroule tous les deux ans. En 2012, la PDG avait dû être interrompue en raison de mauvaises conditions météorologiques. Ainsi, Martin Anthamatten et ses deux coéquipiers Yannick Ecoeur et Florent Troillet défendront leur titre en prenant le départ à Zermatt. 

Comment vous sentez-vous en tant que défenseur du titre?

Actuellement, je n’éprouve rien de spécial. C’est une course comme toute autre. Une multitude de bons coureurs de ski alpinisme prendra le départ et pourrait également être susceptible de gagner.

Comment les membres de l’équipe s’accordent-ils pour appréhender la descente tout en étant encordés les uns aux autres au-dessus du glacier?

Il s’agit d’un entraînement sur plusieurs années. Nous nous exerçons ensemble depuis six ans et travaillons tous les trois en tant que gardes-frontières. Nous connaissons tous les mouvements de chacun d’entre nous. La communication s’établit ainsi automatiquement et également lors des descentes délicates de glaciers. Nous n’avons pratiquement pas besoin de nous parler. Le plus fort mène, lors de l’ascension et de la descente. Ceci signifie que je passe en premier, donne le rythme et m’assure que les autres peuvent bien me suivre.

Vous disposez d’un équipement ultraléger. Combien pèsent les éléments qui le composent?

Les skis avec fixations pèsent environ 800 grammes. À ceci s’ajoutent les chaussures de 600 grammes, les fourrures pesant 100 grammes. Nous obtenons un poids total de trois à quatre kilos. De nos jours, plus personne ne prend le départ avec un fusil – comme c’était le cas autrefois. Même si la course est encore organisée par l’armée suisse et qu’elle compte aussi des patrouilles purement militaires de Suisse et du monde entier. Cette compétition était, à l’origine, une course réservée aux militaires.

Quelle a été votre préparation physique?

En décembre, nous avons suivi durant deux semaines un entraînement en altitude à 3’000 m au Gornergrat. Toutes les compétitions ont également fait partie de nos exercices de préparation. En avril, nous participerons à nouveau à un entraînement en altitude sur le secteur de Testa Grigia, à 3’480 m, une altitude un peu plus élevée. Nous procéderons par intervalles – quelques jours en haut, quelques jours en bas, dans le village. Nous pouvons tous les trois utiliser une maisonnette de gardes-frontières située dans la zone de Testa Grigia. Mais d’autres coureurs s’entraînant également et prenant le départ pour les gardes-frontières viendront nous rejoindre.

Quelle est l’importance de la PDG pour Zermatt et pour les courses de ski alpinisme?

La saison de printemps se prolonge à Zermatt car de nombreux coureurs viennent ici des semaines au préalable pour s’entraîner. La course jouit d’un statut de culte – elle constitue LA course dans le monde du ski alpinisme. Comme le Tour de France pour les coureurs cyclistes. La course fait toujours l’objet d’un vif intérêt: de la part des politiciens, des médias mais aussi des hôtes.

Les départs de Zermatt sont échelonnés sur deux nuits. Quand prendrez-vous le départ avec votre équipe – et quels sont précisément vos objectifs?

Nous prendrons le départ à 3 h 00, dans la nuit du vendredi au samedi 3 mai. Nous avons naturellement pour objectifs de remporter la course et de défendre notre titre. Nous sommes tous les trois très motivés et faisons tout pour réaliser une course parfaite. Nous espérons à nouveau effectuer le parcours en moins de six heures. Mais ceci dépend toujours des conditions. Nous sommes convaincus que la victoire sera la nôtre.

Nous vous souhaitons bonne chance!